Les ordonnances de la loi Travail dévoilées en septembre dernier ont remis au goût du jour le télétravail. Alors, le travail à distance serait-il le nouveau mode de fonctionnement dans une entreprise ? Pas si sûr.

Par définition, le télétravail s’applique à un salarié qui exécute des tâches qu’il aurait pu accomplir au sein de l’entreprise, chez lui. Cette forme de travail peut être exercée par alternance avec un travail au sein de l’entreprise. Attention, le télétravail n’est pas à confondre avec le travail à domicile. Un travailleur à domicile n’est pas forcément salarié de l’entreprise pour laquelle il travaille, contrairement à quelqu’un qui fait du télétravail, comme le précise l’article des Editions Tissot.

Le concept de travail à distance est apparu dans les années 1950 mais les premières expériences françaises de télétravail ne remontent qu’à la fin des années 1980. Le télétravail a bénéficié d’un statut juridique avec la loi du 23 mars 2012. Avant cette date, aucun statut juridique ne réglementait le télétravail, d’après l’article de La Tribune.

Le télétravail au sein de la loi Travail

Les ordonnances de la loi Travail, publiées en septembre dernier, remettent le télétravail au goût du jour. Elles octroient ainsi un nouveau droit aux salariés opposable à l’employeur. Désormais, le télétravail sera mis en place par un accord collectif ou au moyen d’une charte après avis des représentants du personnel.

Des avantages à relativiser

– meilleure conciliation entre la vie privée et la vie professionnelle

– moindre fatigue liée aux transports

– plus d’autonomie

Le télétravail augmenterait la productivité de 22 % et serait synonyme de baisse des arrêts maladie de 5,5 jours par an. Si le télétravail présente de certains avantages, il faut aussi souligner que cela peut poser certains problèmes. Le manque de contact humain peut déboucher sur un isolement du salarié qui ne serait plus en phase avec l’actualité de l’entreprise et à terme cela pourrait le démotiver. C’est pourquoi l’auto-discipline doit être de rigueur chez le salarié pour que ce dernier effectue le travail qu’on lui demande.

Le passage au télétravail

Avant les nouvelles ordonnances de la loi Travail, l’employeur était dans l’obligation de fournir tout le matériel nécessaire au télétravail de son salarié (internet, logiciels, maintenance…). Désormais, tous les coûts ne sont plus à la charge de l’employeur, d’après le service public. Il est bon de savoir également que le passage au télétravail n’est pas définitif. A tout moment, le salarié comme l’employeur, peut demander à revenir à un système de travail au sein de l’entreprise.

Droits du télétravailleur

Toujours selon le service public, un salarié en télétravail a les mêmes droits qu’un salarié présent dans l’entreprise. Si le télétravailleur subit un accident sur son lieu de télétravail pendant l’exercice de son activité professionnelle, l’accident est présumé être un accident du travail.