Une prise de parole en public, cela se prépare en amont. Gérer son stress, capter l’attention de son public, cela s’apprend. Ingrid Pieronne, consultante en évolution professionnelle pour IP Conseil, vous dévoile quelques techniques et points clés pour une présentation efficace.

 

Avant une prise de parole, comment doit-on préparer son argumentation ?

Ingrid Pieronne : Il faut avoir un objectif précis : partager des connaissances, enseigner, recueillir des informations… Une fois que vous avez votre objectif, il va falloir préparer pour chaque élément de la prise de parole des arguments, chiffres, exemples, illustrations, preuves, anecdotes, références. Quand j’ai une prise de parole en public, j’essaie d’avoir un maximum d’éléments concrets et visuels pour pouvoir illustrer mes arguments. Si on n’a pas de preuves, d’illustrations, de chiffres, les arguments sont beaucoup moins crédibles. Il faut qu’on sache sur quoi vous vous êtes basé pour construire votre argumentaire.

Il faut avoir aussi préparé toutes les définitions des notions et concepts que vous allez utiliser pour vous assurer que cela sera bien clair pour tous les gens. Il faut avoir également identifié les arguments opposés pour pouvoir les présenter, expliquer votre argumentation et éventuellement démentir les arguments opposés. Pour que ce soit clair, il faut que l’argumentation soit présentée en trois points distincts : présenter l’argument principal, ensuite l’expliquer et enfin l’illustrer.

Quels sont les points clés d’une prise de parole efficace ?

I.P : Il y en a quatre principaux. D’abord, il faut que votre intervention soit très structurée. Plus vous préparez votre intervention, plus vous serez rassuré et plus vous pourrez faire preuve de liberté, de spontanéité et plus vous pourrez gérer les imprévus. Pour que l’intervention soit structurée, il faut avoir une introduction qui accroche. Dans l’introduction il faut mettre à jour le thème principal, fixer l’intérêt de parler de ce sujet et montrer la crédibilité de votre intervention. Sinon, cela va être plus compliqué de retenir l’attention et convaincre les gens. Il est nécessaire ensuite de présenter les grands axes de votre intervention. Après l’introduction, il y a le développement, qui doit être structuré de manière cohérente. Le dernier point de l’intervention est la conclusion. Il faut rappeler son objectif, résumer les idées principales et présenter les conclusions majeures. Bien évidemment il ne faut pas oublier les questions et les remerciements.

Le second point clé est d’avoir les postures et les outils pour favoriser la participation des personnes présentes. Plus elles seront actrices, plus cela va être dynamique. Pour favoriser la participation, vous devez les interpeller, poser des questions, leur demander leur point de vue. Si possible, vous devez utiliser l’humour mais pour cela il faut être à l’aise, il faut que ce soit naturel. Vous devez, à mon avis, laisser la possibilité aux gens de poser des questions tout au long de votre intervention pour faciliter la compréhension. Il y a également des outils numériques qui permettent de dynamiser votre présentation. Par exemple, Klaxoon, est un outil qui favorise l’intelligence collective. Cela peut permettre aux participants d’intervenir sous forme de post-it pour poser des questions.

Le troisième point clé d’une prise de parole, à mon sens, est de maîtriser les mécanismes verbaux et paraverbaux : l’intonation, le rythme de votre propos, les silences, le volume sonore, la gestuelle. Les gestes, cela permet de véhiculer de l’énergie, de souligner un point, de favoriser la mémorisation des idées que vous donnez. C’est important de bien maîtriser sa gestuelle. Il faut savoir aussi maîtriser l’utilisation de l’espace. Il faut aller vers ses interlocuteurs quand c’est nécessaire. Le regard est très important. Notamment essayer de regarder le plus possible l’ensemble des participants. Sur des grandes salles, c’est plus compliqué, il faut balayer du regard. Face à un petit auditoire, la règle est d’essayer de regarder au moins chaque participant trois secondes pour qu’il se sente personnellement impliqué.

Le dernier point vraiment important sur une prise de parole est d’utiliser les bons visuels. Aujourd’hui, on prône d’avoir le moins de power point possible. Il faut varier sur les diapos. Parfois des dessins ou des images, parfois des mots clés. Vous pouvez utiliser des vidéos pour qu’il y ait du son pour ceux qui ont une mémoire auditive. L’idée est de se dire que le diaporama est là juste pour que les gens puissent se raccrocher à des idées. Il ne doit pas vous remplacer. Si un power point suffisait il n’y aurait pas besoin d’une prise de parole en public et vous pourriez envoyer le power point par mail. Le diaporama doit être juste un support pour avoir des chiffres clés par exemple. Cela vaut aussi pour une réunion en entreprise.

Quelles sont les techniques pour gérer son stress lorsque l’on doit s’exprimer en public ?

I.P : La gestion du stress se passe en plusieurs temps. Il y a une partie très importante, c’est ce que vous allez faire en amont de votre présentation. Moi, par exemple, j’utilise beaucoup la visualisation positive. Cela permet de se préparer à ce que l’on va vivre, de s’imaginer positivement ce qui va se passer. C’est un bon moyen de dépasser ses appréhensions et de gérer son stress.

Avant toute prise de parole il faut avoir bien dormi, il faut éviter l’alcool, le sucre, les repas trop riches et trop gras. Vous devez éviter tous les excitants comme le café. Il faut être très bien hydraté surtout parce que dès qu’on prend la parole et que l’on est stressé il y a un phénomène inévitable : la bouche pâteuse. Moins vous vous hydratez, plus cela va arriver vite, moins votre parole va être fluide et moins vous allez être à l’aise.

En amont, il y a plein de techniques à utiliser, notamment tout ce qui est respiration, yoga, méditation et sophrologie. C’est très efficace et avant même de se former avec un spécialiste on peut trouver des outils sur internet ou dans des livres pour se préparer.

Sur place, il faut arriver à l’avance, mettre tout en place et même si certaines choses ont été mises en place par d’autres, au niveau logistique pour la prise de parole, il faut vérifier que tout est bien en place. Si vous ne maîtrisez pas votre matériel (micro, power point, ordinateur…), la peur du souci technique génère beaucoup de stress. Et juste avant la présentation, il faut s’isoler un moment au calme pour faire redescendre la pression. C’est là que vous allez refaire vos exercices de respiration abdominale. C’est vraiment une arme efficace pour favoriser la confiance en soi et pour éviter le stress.

En tant que dirigeant, même si l’on est à l’aise à l’oral, est-il nécessaire de suivre une formation sur la prise de parole en public ?

I.P : De mon point de vue c’est indispensable. Il y a une grosse différence entre être à l’aise à l’oral et savoir faire une prise de parole performante et efficace. Ce sont vraiment deux choses différentes. Être à l’aise à l’oral, ce n’est pas suffisant et cela ne veut pas dire que vous allez réussir vos prises de parole. Les outils, les techniques, ne serait-ce que sur la variation du ton ou les techniques de reformulation, tout ça ce n’est pas l’aisance orale qui vous assure de savoir le faire. L’aisance orale est un facteur qui va privilégier la personne. Et même si vous n’êtes pas bon à l’oral cela s’apprend.

Prendre la parole en public, pour le dirigeant d’une entreprise, cela va avoir de gros enjeux. C’est son image, l’image de son entreprise, cela peut avoir un impact sur sa crédibilité, sur son leadership et donc forcément sur son business de manière générale. Une mauvaise prise de parole cela peut parfois avoir un impact sur le business. Il vaut mieux ne prendre aucun risque en se formant pour être le meilleur possible. Incontestablement, je conseillerai à tous les dirigeants de se former à la prise de parole en public. Plus ils seront formés, plus ils se sentiront à l’aise et confiants, plus ils oseront faire des interventions, animer des conférences, participer à des débats et plus ils seront visibles et plus ça aura d’impact sur leur activité.